« Rencontres R’art » du 6 au 31 mai 2016

Du 6 au 31 mai, à l’occasion de l’ouverture de son second espace, 17 rue du général de Gaulle, la galerie IZART présentera le travail de trois artistes contemporains :

Gosti, Promeneur et Ladjah Bolorencontres r'art

Ces artistes se singularisent par leur parenté avec l’Art  brut et leur parcours aux aspects à la fois primitifs et poétiques.

 

Jean-Yves GOSTIgosti article

Gosti s’attaque à la matière pérenne : le bronze le marbre, le granit, et s’emploi à produire et non reproduire, pour forger un idéal.

A l’occasion d’un voyage en Afrique centrale, il découvre l’art tribal pygmée, cette rencontre influence ensuite ses œuvres. A son retour en France il se rapproche du mouvement Cobra (retour aux sources originelles de l’inspiration non contaminées par les normes de l’Occident, œuvres aux aspects mystiques et primitifs).

Jean-Yves Gosti expose des sculptures qui expriment la dualité entre la force physique que le travail implique et l’émotion  transmise « pour faire palpiter ces matériaux ». Cette dualité illustre sa vision de la création : « Laisser la part belle à l’instinct »

 

Armel PROMENEUR

TROIS AMIS

Promeneur est un artiste peintre originaire de la Guadeloupe, il est diplômé de l’École des Beaux Arts de Bordeaux.

Il travaille essentiellement avec des matériaux de récupération. Son travail puise ses sources dans l’art tribal asiatique: plus précisément l’Inde, le Népal et la Mongolie.

 

 

 

David LADJAH BOLOladjah bolo 1

Photographe à ses débuts, David  Ladjah Bolo se tourne  ensuite vers les arts plastiques. Ses peintures et sculptures utilisent  des matériaux et des supports variés. Il joue des contrastes de couleurs et fusionne art ancien oriental et expressions contemporaines.

David Ladjah Bolo expose des oeuvres inspirées par le raku. Né dans le Japon du XVIe siècle, cette technique implique un ensemble d’actions (émaillage, rapide montée en température, choc thermique qui provoque le tressaillage de l’émail, un enfumage, lors de la rencontre avec l’eau)  dont les paramètres sont très variables et peuvent donner lieu à des résultats très surprenants. En régénérant cette technique ancienne et très complexe, Ladjah Bolo créé des masques primitifs mêlés de poésie.