Olivier LEGRAND

Olivier LEGRAND est né en 1965.

Olivier Legrand promène ses amateurs dans un univers particulier, entre réalité et rêve. Une table ou une planche nous invite véritablement dans son œuvre et à considérer cette représentation de l’objet comme issue de notre propre vie quotidienne. Cependant Olivier Legrand ne met pas en scène ses objets dans leur familiarité domestique, chacun se détache d’un arrière plan nu, peint dans des tons bruns verts, inspiré par la technique du clair obscur. La lumière venue de la droite de la toile qui modèle l’objet, pousse à s’ interroger sur la place et la signification que l’on peut donner à ces auxiliaires, parfois précieux, de notre quotidien.
Olivier Legrand s’inscrit dans une tradition qui pose la même question insistante, celle de l’objet. A l’instar d’une nature morte du 17e siècle, l’objet inanimé, agencé par la main de l’artiste, devient autonome, comme suspendu dans le temps.  À cette époque, ce sont les crânes, les instruments de musique, les miroirs, les corbeilles de fleurs et de fruits qui enferment le spectateur dans le monde muet des choses. Avec le peintre Olivier Legrand ce sont des objets de notre existence quotidienne (une carafe, un bol, une boite, un bidon d’huile). Alors que Duchamp, par sa seule déclaration, a transformé certains objets en œuvre d’art, Olivier Legrand s’inscrit dans la fidélité picturale et, pour véritablement les mettre en scène, reprend à son compte les codes et les techniques de la grande peinture de l’âge d’or de la peinture flamande. Il  réinvente cette peinture à une période où l’on cherche perpétuellement à repousser les limites du champ artistique. Toujours héritier de cette tradition flamande, mais au service d’une représentation quasi photographique des objets qu’il sélectionne, Olivier Legrand fabrique lui-même ses couleurs dans son atelier, à l’aide de pigments naturels achetés en Hollande.
Certes, l’œuvre d’Olivier Legrand est une synthèse entre la peinture moderne hyperréaliste, et les traditions hollandaises et caravagesques, ce qui fait de lui un artiste singulier, à la fois anachronique et visionnaire.