EST/OUEST – Mariusz DUDEK

30 mars 2013 15 h 00 minto30 avril 2013 15 h 00 min

 

Izabela de Maistre a le plaisir d’annoncer l’ exposition personnelle de l’artiste polonais Mariusz DUDEK consacrée à ses œuvres récentes.

Vernissage en présence de l’artiste le samedi 30 mars 2013, de 17h à 20h.

La peinture de Mariusz DUDEK (il habite Cracovie, ville-frontière entre les cultures de l’Ouest et de l’Est) se compose de bruns profonds, ocres, oranges et rouges fané, sépias et terres de Sienne, jaunes et doux violets. De ces fonds surgissent d’élégantes lignes calligraphiques ainsi que des formes solides, structurées, et noires. Précieux noirs qu’accompagnent ces couleurs chaudes et lumineuses. Double jeu des couleurs sur les grandes surfaces que remplissent les instruments, les figures gracieuses des femmes nues ou dans leurs robes élégantes; ou bien des natures mortes. Ces motifs apparaissent en fragments, comme s’ils étaient coupés accidentellement, parfois contre le bord gauche, ou bien sur la droite d’une toile  mince et rectangulaire.

Une très grande toile est découpée en bandes verticales, et maintenant nous devons en assembler les parties. De la fantaisie du peintre dépend la façon dont le polyptyque s’offre au spectateur, parce que ce sont des concerts dans lequel le chef d’orchestre interprète librement la partition, qu’il a précédemment crée.  Plus qu’un concert, ce sont  donc plusieurs concerts et autant combinaisons possibles.

Il faut imaginer un grand ensemble d’instruments de musique. Il faut aussi s’imaginer un orchestre symphonique avec contrebasses, violoncelles, violons, altos. Un grand nombre de contrebasses, violoncelles, violons et altos. Il faut encore imaginer la peinture de Mariusz Dudek amoureux de la musique, de l’harmonie des formes et des couleurs en musique. Et il faut toujours imaginer de belles femmes écouter attentivement; et imaginer … les images de Mariusz Dudek.

Variations des couleurs chaudes, à peine marquées dans certains endroits. La couleur ressort de l’arrière-plan. De cette manière le peintre souligne certaines parties du corps de la femme ou d’un objet. Le fond coloré pénétrant librement à l’interieur du motif change son caractère en dépit des taches de même tonalité. Oui l’artiste concentre notre attention en resserrement et en desserrement des distances limites.

En promenant l’oeil sur ces fragmentations nous pouvons, par la volonté du peintre, mais aussi par notre imagination, les percevoir comme des ensembles plus vastes, ou nous plonger dans la contemplation d’une pièce, ou même d’un détail.

La composition est précise jusqu’à ses moindres particularités.  Dudek construit ses images avec la matière volatile de notre sensibilité, de notre mémoire et de ses mécanismes perceptifs. Il le fait en laissant de substantiels « non-dit » – non-peint et non-dessinés. Dudek construit son oeuvre en collaboration avec notre imagination.

Cette peinture n’est pas une copie, c’est un lieu vivant, en mouvement. Ce sont des points d’appui qui montrent comment le peintre voit les événements.

Mariusz Dudek peint en gardant une certaine distance avec le thème, la peinture, et  lui-même. Il s’agit d’une peinture présente depuis l’Antiquité, tant à l’Est qu’à l’Ouest, et présente dans les icônes byzantines, comme dans l’atelier de Théophane le Grec. Le peintre montre comment peindre. La forme ouverte de ces images est une caractéristique rarement rencontrée aujourd’hui, il ne s’agit  pas seulement d’une convertibilité du polyptyque, mais d’une façon de peindre propre à l’artiste.

Zbigniew Makarewicz

Wrocław, Novembre 2009