David LADJAH BOLO

David Ladjah Bolo

Artiste  photographe à l’origine, David  Ladjah Bolo se tourne  ensuite vers les arts plastiques. Il réalise ses peintures et sculptures en utilisant divers supports dont le bois. Il joue sur les contrastes de couleurs, mélange art ancien et contemporain.

Du bois, de la ficelle, du papier, des couleurs, des mots, de la musique, de la peinture, des formes humaines ou abstraites, l’œuvre de David Ladjah Bolo est une subtile recherche entre primitivisme, art brut,  leçons du mouvement Cobra, du lettrisme et du street-art.

Dans sa peinture on rencontre l’influence de Basquiat, de Krasner, Joseph Noiret ou encore Rauschenberg  et Andy Warhol.

Avec ses masques en Raku, David Ladjah Bolo s’inspire tout d’abord d’une tradition orientale, vieille de cinq siècles, travaillant l’art du hasard inhérent à cette technique, réservée à l’origine à la poterie des seigneurs japonais, et la révèle à nos yeux sous les angles graffitiste et primitiviste. Le mouvement Cobra l’inspire par des formes à la fois irrationnelles et poétiques renouant avec la chanson de geste du Moyen Age, l’art naïf, et avec une grande liberté de matières telles que le bois, la ficelle, l’écriture et le son (rendu par le collage d’instruments de musique). Par l’apposition de couleurs vives et contrastées il nous conte des histoires d’amitiés, d’amour et se réfère aux cultes ancestraux tels celui du vaudou ou de la santeria et antillais.

Ses peintures affichent le même système de couleurs, on voit bien que la toile ou les planches de bois ne sont pas un support limitant qu’il recouvre d’ailleurs en totalité ou non,  mais un espace où il peut véritablement exprimer tout un répertoire regroupant des formes organiques, géométriques, abstraites mais aussi des mots postés  tels des cris s’adressant directement au public.